Depuis l'amélioration de leur sensibilité, les interféromètres LIGO et VIRGO ont fait de nouvelles découvertes dès leur remise en service... Ils ont déjà détecté deux collisions (je préfère, fusion) de trous noirs et les deux observatoires ont perçu les ondes gravitationnelles émises lors de ces rencontres astronomiques de ces astres denses . Le lundi 8 avril, puis le vendredi 12 avril (2019)    Les observations du lundi résultent de la rencontre entre deux trous noirs de 23 et 32 masses solaires située à 5 milliards d'années-lumière, tandis que celles de vendredi sont des ondes issues de trous noirs plus modestes, soit: 12 et 26 masses solaires et situés à "seulement" 2,5 milliars d' A.L        Si ces ondes gravitationnelles ont été théorisées et démontrées par A. Einstein dès 1916, ce n'est qu'en 2015 que le couple d'interféromètres les a détectées. Depuis, dix collisions de trous noirs et deux d'étoiles à neutrons ont été "observées"     Toutes engendrent des ondes gravitationnelles comme aiment à le dire les astrophysiciens, mais n'oublions pas de préciser que nombre d'objets en orbite (et néanmoins serrée) l'un autour de l'autre, provoquent une déformation de l'espace-temps et de par celà, des ondes mais de si faible intensité que nous ne pouvons les détecter !!!!!! 

figure1-5cb7