ASTRONOMIE

25 mars 2019

VENTS STELLAIRES et la naissance des étoiles

L'étoile Thêta 1 Orionis c (située dans M42 la nébuleuse d' Orion) se caractérise par l'émission de puissants vents stéllaires. Le Soleil, lui aussi, émet des flux de particules chargées que l'on nomme: vent solaire (responsable des aurores boréales) Notre étoile éjecte ce flot de particules  à une vitesse moyenne de 450 km/s . Orionis c  produit des vents stellaires 100 000 fois plus puissants, avec une perte de masse beaucoup plus importante et le tout à une vitesse d'environ 1000 km/s . Constitués de particules chargées , ces vents influencent l'espace alentour en repoussant au loin les poussières et les gaz de la nébuleuse d'où l'étoile est née. La lumière d'une étoile et ses vents crééent autour d'elle une bulle de vide: que l'on nomme pour le Soleil, l'héliosphère et le bord de cette bulle s'appelle l'héliopause..... Pour notre étoile, elle est distante de 17 heures lumière ( 1,08 milliard de km en une heure à C.)    Orionis c crée elle aussi une bulle de vide avec ses vents , mais elle est beaucoup plus étendue puisque sa limite est estimée à 6,5 années-lumière (plus loin que proxima du centaure pour le Soleil)     Ainsi quand une étoile massive apparaît dans une nébuleuse, elle chasse au loin le résidu de matière qui lui a donné naissance et on estime à 2600 masses solaires de matière déplacée  à la vitesse de 13 km/s par les vents stellaires de l'étoile en question. Toutefois, cette masse est répartie sur le pourtour de cette bulle de 13 années-lumière de diamètre ce qui réduit la densité de matière interstellaire . La densité de matière est la condition première de l'effondrement gravitationnel (en négligeant la force de Van der Waals) nécéssaire à la formation d'étoiles. Ainsi, ces vents stellaires déchirent le nuage créateur empêchant toute nouvelle formation d'étoile.     Non content de chasser la matière, ces vents augmentent les turbulences dans le nuage avec pour résultat, que le gaz bouge dans tous les sens empêchant ainsi la création de zones denses qui pourraient s'effondrer sous l'effet de la gravité ......

Il semblerait, donc, que les vents des étoiles massives (et pas qu'eux, mais ce sera un autre sujet) aient un rôle de contrôle des naissances sur la formation de nouveaux astres et soient l'un des piliers de la dynamique du milieu interstellaire. Une autre conséquence est que si les vents stellaires de l'étoile nettoient tout sur leur passage, quand cette dernière finira en supernova (c'est une étoile massive, bien entendu) le gaz interstellaire sera si loin d'elle,

téléchargement (6)

images (1)

que finalement, l'influence dynamique de l'explosion sera moins importante que ce qui était considéré dans les simulations classiques .....  De quoi modifier les modèles actuels d'évolution du milieu interstellaire ? Potentiellement selon certain scientifiques ..... à suivre .....   

Posté par luc78126 à 19:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2019

UN PEU DE NEPTUNE

Lors d'études systématiques sur les planètes géantes, le télescope spatial Hubble a mis au jour une formation mystérieuse de type vortex dans l'atmosphère de Neptune en novembre 2018. Ce type d'évènement est déjà apparu et disparu plusieurs fois durant les dernières décades. On pense que cette zone sombre apparaît tous les 4 à 6 ans en moyenne et dure à peu-près 2 années ...... Ce vortex est accompagné de taches brillantes , de nuages blanchatres et ce sont peut-être des cristaux de méthane . Leur formation reste un mystère, mais comme sur Jupiter il semble que l'on ait affaire à un système anticyclonique at que celui-ci transporte de la matière des couches situées plus en profondeur vers l'extérieur ....

Des astronomes du SETI (Search for Extra Terrestrial Intelligence) ont fait une découverte en traitant des données datant de 2013 avec un nouveau logiciel performant et : un nouveau satellite naturel vient enrichir notre planète en question..... C'est pour l'instant le quatorzième, si je ne me trompe ???

Ce nouveau venu est un "petit caillou" d'une trentaine de km et il a été baptisé Hippocampe pour être bien en relation avec Neptune, ça va de soi !!!!!   C'est à ce jour le plus petit satellite connu de la géante (glacée). Sa taille modeste a fait qu'il a été difficile à détecter, et en plus il tourne autour de sa planète en 23 heures et comme vous le devinez: il est très proche de Neptune (12 000 km) et son orbite est voisine de celle de Proteus, autre satellite mais beaucoup plus important que le petit Hippocampe, d'où l'idée de penser que ce petit dernier serait en fait un morceau de Proteus causé par un choc dans le passé...... on ne peut s'empêcher de penser au gros cratère à la surface de Proteus découvert et imagé par la sonde Voyager 2 ..... et donc d'en déduire que ce petit dernier serait un morceau de cratère de Proteus ........ C'est pas bête ......

clip_image043

clip_image044

clip_image046

 

Posté par luc78126 à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

TORNADE BLANCHE SUR URANUS

Comme Neptune, Uranus fait partie des planètes géantes, mais comme différence avec Jupiter et Saturne elles sont maintenant nommées non pas géantes gazeuses, mais géantes glacées. Elles restent toutefois majoritairement constituées de gaz ...... Cette nouvelle appellation vient du fait qu'en dessous sa couche extérieure d'hydrogène, d'hélium et de méthane (Ce qui lui donne sa couleur bleue, le CH4 absorbe le rouge et diffuse les couleurs bleues et vertes) se trouve un manteau de glaces d'eau, d'ammoniac et de méthane.... Ces planètes géantes, comme celles du système interne, possèdent des saisons et actuellement c'est l'été sur Uranus !!!! et c'est probablement ce long été (qui dure depuis près de 20 ans) qui est la cause de cette calotte blanche située au pôle nord de la planète. Ce pôle nord "étrange" est dû à l'inclinaison atypique d'Uranus (on dit qu'elle roule sur le côté) et en été, cette face est en permanence vers le Soleil ....... Un pôle nord bien éclairé, donc !!!!!

Cette calotte est certainement constituée de gaz sous haute pression et peut-être est-ce une diminution du méthane dans sa haute atmosphère, ce qui expliquerait l'absence de couleur bleue dans cette zone ....... un autre phénomène difficilement explicable est cette fine bande blanche/rose vers l'équateur.... Uranus est balayée par des vents violents et l'on se demande comment ce phénomène météo peut subsister assez longtemps ..... rassurez-vous, je n'ai pas la réponse ..... Les planètes sont actives, ce ne sont pas des astres figés et chacune d'elle a sa propre météorologie ...... et sa part de mystères ce qui donne matière aux planétologues .....

clip_image041

Posté par luc78126 à 11:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2019

UNE ERUPTION STELLAIRE révèle....

Sur le chemin de la vie, jusqu'à quel degré de raffinement la chimie peut-elle aller dans le matériau dont nos planètes sont constituées? Grâce à l'observatoire Alma (Chili) une équipe de scientifiques vient d'observer plusieurs molécules organiques complexes dont l'acétone (CH3 COCH3) ou du cyanure de méthyle (CH3 N) dans les manteaux de glace qui enrobent les grains de poussière autour de la jeune étoile V883 Orionis..... Ces espèces, et quelques autres à la base de la chimie prébiotique ou bien précurseurs des acides aminés ou des sucres, ont été découvertes grâce à la faveur d'une forte éruption de l'astre en question .....Ainsi, en échauffant les grains , cette éruption a permis la libération sous forme de gaz des molécules qui seraient restées invisibles en temps normal. Les abondances mesurées sont comparables à celles que l'on mesure dans les comètes du système solaire. Cette découverte appuie l'hypothèse d'un lien direct entre la chimie des grains glacés et celle des futures planètes......La jeune étoile V883 Orionis est située à 1300 années lumière dans la constellation d'Orion (ça coule de source) près de la nébuleuse du même nom (M42, bien connue des observateurs) à laquelle elle est associée .....Cette étoile 20% plus massive que le Soleil est entourée d'un disque de poussière dans lequel Alma a observé un anneau de molécules, dont le méthanol ...... Disque protoplanétaire contenant les bases d'une future vie ????? On peut y penser ..... Je vous laisse admirer les clichés associés à V883 Orionis...... L'étoile, sa constellation et M42 la nébuleuse "pouponnière d'étoiles"

11

téléchargement (1)

téléchargement (2)

téléchargement (3)

 

Posté par luc78126 à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

ALIGNEMENT PLANETAIRE

Les huit planètes du système solaire peuvent-elles toutes être alignées:  Nous voyons celà dans la plupart des manuels scolaires (raison pratique) ou bien dans des films de s.f qui présagent une catastrophe ....... Il faudrait tout d'abord que les huit planètes tournent toutes dans le même plan (écliptique) ce qui n'est pas le cas.   Si nous prenons les périodes orbitales des planètes, soit périodes synodiques, nous obtenons: Mercure 88 jours, Vénus 224 jours,  Terre 365,25 jours,  Mars 686 jours,  Jupiter 12 ans (on va arrondir un peu)  Saturne 29 ans,  Uranus 84 ans,  Neptune 165 ans ....... Selon les calculs, le plus petit commun multiple (ppcm) de ces périodes synodiques pour les huit planètes (et le Soleil, forcément puisqu'elles tournent autour) nous obtenons : 147 milliards d'années ...... sachant que notre étoile a une espérance de vie de 10 milliards d'années environ: vous avez la réponse ..... on peut dire que celà n'arrive jamais ....... Néanmoins, des alignements entre le Soleil, la Terre et une autre planète par exemple sont "fréquents" et calculables:    Soleil, Mercure, Terre: tous les 116 jours environ (nommée période synodique de Mercure)

                     Soleil, Terre, Vénus: tous les 584 jours

                     Pour Mars: 780 jours, Jupiter: 399 jours ....etc......  Et si l'on tient compte de l'inclinaison de chaque planète sur son orbite, c'est pour ainsi dire encore plus compliqué !!!!!!  Cette inclinaison orbitale, fait que malgré la "fréquence" des alignements de la Terre avec le Soleil et Mercure ou Vénus, les transits (passage de Mercure ou de Vénus devant le disque du Soleil) sont rares à observer, car les planètes inférieures passent soit en dessous soit en dessus du globe solaire (car ces transits, lorsqu'ils sont favorables aux observations, ne sont pas toujours visibles partout sur Terre et tout ceci à cause de l'inclinaison de l'axe de rotation de notre planète. On retrouve les mêmes soucis avec les éclipses de Soleil et de Lune)  Ah. Là! Là!   la mécanique planétaire n'est pas si simple: demandez à notre ami Kepler ...... A propos, si vous voulez faire un petit calcul, c'est le moment: prenez la période orbitale d'une des planètes situées plus haut et calculez son carré ...... ensuite, cherchez la racine cubique du nombre obtenu ....... vous allez obtenir un résultat qui correspond à sa distance au Soleil sachant que la Terre= 1      C'est la troisième loi de Kepler qui dit que le carré de la période de révolution d'une planète est proportionnel au cube de sa distance (au Soleil) sachant que Terre=1  Et si l'on creuse un peu, on en déduit que pour qu'une planète reste en orbite stable autour du Soleil, sa vitesse orbitale (chute libre permanente: voir la relativité générale) ne peut être que celle qu'elle a compte tenu de sa distance au Soleil ..... autrement dit, si non prenons exemple sur la Terre qui se trouve à 150 millions de km du Soleil en moyenne ...... notre vitesse orbitale ne peut être en moyenne que de 107 700 km/h environ ..... Je dis,

 

moyenne, car en cause: la première et deuxième loi de .... Kepler ... Eh! oui, encore lui !!!!! Pas trop mal expliqué ????

téléchargement

 

Posté par luc78126 à 15:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2019

YUTU 2: nouvelle image

Après un sommeil de deux semaines, le rover chinois Yutu 2 reprend du service, comme en témoigne cette nouvelle image (au bas de l'article)     Nous voyons, face au rover, une pierre lunaire d'une vingtaine de centimètres qu'il a analysé. C'est la plus grosse pierre rencontrée par l'engin à ce jour .... Il a donc fallu attendre la fin de la nuit lunaire pour que le petit patrouilleur reprenne ses études sur les roches sélènes. Il s'était arrêté après avoir parcouru la distance de .... 127 mètres         C'est la première fois qu'un engin spatial explore la face cachée de la Lune, mais comme le Chine communique assez peu ses découvertes ....... Toutefois, elles seront graduellement partagées avec la communauté internationale en temps voulu ..... à suivre ......  Prochainement, un article intitulé: une simple histoire du Big-Bang (le temps que je le termine et qu'il soit attractif)      Rassurez-vous, il ne sera ni long ni complexe !!!!

imageCNSAYutu-5c7f

Posté par luc78126 à 19:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]

GALAXIE

La galaxie NGC 6902 photographiée par Ganymède, un des 4 télescopes de 1 mètre de l'observatoire Spéculoos (obs. du Paranal situé dans le désert de l' Atacama au Chili) Pour dire, que ce système de télescopes est désormais complet et opérationnel ..... Les 4 réflecteurs de Spéculoos portent le nom des 4 plus grands satellites de Jupiter (Io, Europe, Ganymède et Callisto) Cette magnifique galaxie située à 120 millions d'années lumière est juste un test. Cet observatoire sera dédié à la recherche de planètes extrasolaires autour d'étoiles plus petites et plus froides que le Soleil et qui seront ensuite étudiées en détails par les plus grands télescopes actuels .....Reste tout de même, une bien belle image galactique à admirer ....

ngc6902_speculoos-5c76

Posté par luc78126 à 10:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2019

PRESTATION ASTRO

Ce jeudi 28 février, le club Challandais d'astronomie participait avec d'autres prestataires aux 5 ans de la concession Mercédes sur le thème du ciel et de l'espace. Pas d'observations, mais présentation d'instruments lors d'une belle rencontre et d'un buffet garni bien sympathique...... Peut-être un futur partenariat ?   c'est envisagé ..... Voici quelques photos souvenirs de notre intervention .....

201_0565

201_0566

201_0567

201_0568

201_0569

201_0570

201_0571

201_0572

 

Posté par luc78126 à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2019

COMETE BLEUE

Une surprenante "comète bleue" comme on en voit que deux ou trois par siècle, a intrigué le monde des astronomes au début de l'année 2018. Une étude qui va paraître suggère qu'il s'agit d'un fragment issu d'une petite planète glacée: oui mais laquelle ?  à suivre .... en attendant, la photo est sympa .....

c2016_r2_2018_01_07dpjjc-5beb

Posté par luc78126 à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

TITAN, COMME JAMAIS VU

Voilà des décennies que Titan, le plus grand satellite de Saturne, fascine les astronomes. C'est le deuxième plus grand satellite du système solaire après celui de Jupiter: Ganymède ..... Avec un diamètre d'environ 5 150 km, il est plus grand que la planète Mercure. Il fut le premier satellite de la planète aux anneaux à être découvert en 1655 par l'astronome C. Huygens. Il est doté d'une épaisse et dense atmosphère d'azote et cette dernière ne laisse rien voir de la surface . Il a été survolé  127 fois lors de la mission Cassini entre 2004 et 2017 et cette "exploration" a dévoilée pas mal de ses secrets ..... Constellé de lacs, de mers, traversé par des chaînes de montagnes, de lits de rivière, ridé par d'immenses champs de dunes et doté d'une véritable météorologie, ce corps s'est révélé être le monde extraterrestre le plus semblable à la Terre de tout le système solaire, mais aussi le plus exotique ...... Avec ses moins 180°C en moyenne, le cycle du méthane y remplace le cycle de l'eau sur Terre ..... Il y a tant à dire, peut-être y reviendrons-nous un de ces jours ..... Les exobiologistes ont bon espoir de trouver des traces de vie primitive en profondeur ?????  Ce satellite est tout de même comparé à notre Terre primitive, il y a quelques milliards d'années ....... Avec une insolation meilleure, donc une température plus clémente, une sorte de vie aurait peut-être pu apparaitre à sa surface ???? une vie basée sur le cycle du méthane ???? ça, c'est moi qui rêve un peu !!!!!

Pour accompagner ce modeste article, je vous laisse admirer la surface de Titan vue par l'instrument VIMS de Cassini ...... Superbe ...... Nous sommes ici à environ 10 unités astronomiques du Soleil, soit environ 1,5 milliard de km .....

Titan_Vims1-5bf7

  

Posté par luc78126 à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2019

L'UNIVERS A BASSE FREQUENCE

L'équipe de l'interféromètre Lofar (100 000 antennes réparties dans 50 stations en Europe, dont en France à Nançay) a publié le 19 janvier le premier volet de sa carte du ciel à basses fréquences radio (entre 10 et 240 Mgz)  Dans ce domaine, les  longueurs d'ondes largement inexplorées, révèlent déjà plus de 300 000 nouveaux objets ..... comme la galaxie M 106 qui se pare de brillants bras spiraux, qui contrairement à ce que l'on pense ne sont pas faits d'étoiles, car il s'agit d'une radiogalaxie qui nous montre deux bouffées de rayonnements opposés, et partout en arrière plan, de très nombreux objets jamais observés apparaissent. Nous le savions, l'Univers en ondes radio restait à découvrir, car jusqu'à présent les performances instrumentales étaient "limitées"     En balayant tous les domaines électromagnétiques, le ciel n'aura bientôt plus de secrets ????? ou alors, plus beaucoup ...... mais des surprises peuvent à nouveau causer de nombreuses interrogations, et peut-être invalider certaines théories aujourd'hui considérées comme acquises ....... suspens .....  

Cet interféromètre observe les manifestations à très basses fréquences de phénomènes très énergétiques tels que les jets relativistes des trous noirs, les supernovae, les chocs dans les amas de galaxies....etc     Parmi cette cartographie à 120 Mgz l'équipe a observé énormément de trous noirs supermassifs nichés au coeur des galaxies, et en a tiré la conclusion que plus une galaxie était massive, plus son trou noir était actif longtemps .... Nous savons que les jets de particules ultrarelativistes qu'émettent ces trous noirs ont un effet sur la galaxie qui les abritent : Ils stoppent la formation d'étoiles (un cosmologiste pointu nous en a fait une bonne conférence.... pas si simple mais édifiant)    Ainsi, grâce à Lofar, les scientifiques peuvent observer le mécanisme lié aux trous noirs, à savoir qui empêcherait les galaxies de grossir au-delà d'une certaine masse .......

Sur la double image: à gauche: les émissions radio de M106 (orange) superposées à une vue optique de la galaxie ....

                               à droite: dans son déplacement, une galaxie dont le trou noir central est actif laisse un sillage de rayonnement radio ....   En dessous, la radiogalaxie galaxie 3C31 ....

M106_headtailjpg-5c6d

 

LOFAR_3C31_radio-5c6d

Posté par luc78126 à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2019

URANUS

Ce mercredi 13 février, la panète Uranus était située juste au-dessous de Mars et celà a été l'occasion d'observer ce petit disque planétaire ...... Uranus est avec Neptune la seule représentante des planètes géantes glacées (nommées également sous-géantes) Elle est située à environ trois milliards de km du Soleil et possède un diamètre de plus de 51 000km. Elle se compose d'une atmosphère, d'un manteau et d'un noyau. Elle fait partie des planètes dites gazeuses. Son atmosphère est principalement composée d'hydrogène (83%) d'hélium (15%) ainsi que du méthane (2%) et de l'ammoniac (0,001%)    cette atmosphère entoure un manteau de composants volatiles: eau, ammoniac et méthane. En dépit de leur état liquide et solide , ces éléments sont appelés "glaces" d'où son nom de géante glacée. En son centre, se trouve un noyau de la taille de la terre formé de roches silicatées, de fer et de nickel....... Une part importante de la masse de cette planète est en fait stockée dans ses glaces ..... Uranus est un corps très froid qui peut atteindre moins 224°C . On dit d'elle qu'elle est un "Neptune froid"

Ormis les cinq planètes visibles à l'oeil nu et donc connues depuis l'antiquité (Mercure, Vénus, mars , Jupiter et Saturne) Uranus est la première planète découverte au télescope par l'astronome britannique William Herschel en 1781, qui pensait d'ailleurs à avoir découvert une comète .... mais les calculs des scientifiques en ont décidé autrement: c'est bien une planète ..... Uranus possède au moins 27 lunes et un système d'anneaux au nombre de treize (comme toutes les géantes gazeuses du système solaire, mais seuls les anneaux de Saturne sont visibles dans nos télescopes d'amateurs)    Ses lunes ont été découvertes par les observations terrestres , par les sondes spatiales et également grâce au télescope spatial Hubble ...... Ses deux plus gros satellites sont Titania et Obéron qui ont une taille supérieure à 1500 km, devant Umbriel et Ariel (plus de 1000 km de diamètre)    Mais la particularité d'Uranus est sa "drôle" de position: contrairement aux autres planètes qui ont leur axe de rotation pratiquement perpendiculaire à leur orbite autour du Soleil, celui d'Uranus est pratiquement inclus dans son plan de révolution autour de notre étoile et ainsi, la planète "roule" donc sur son orbite ce qui lui vaut de présenter alternativement son pôle nord puis son pôle sud au Soleil ! Une caractéristique unique qui n'a pas encore trouvé la bonne explication, malgré de solides théories: un impact majeur il y a 4 milliards d'années avec une protoplanète ou un basculement progressif de l'ensemble du système d'Uranus dû à la présence d'un satellite massif et aujourd'hui disparu ??????

A ce jour, la question de l'inclinaison de son axe de rotation reste un mystère et nombre d'astronomes sont partagés entre ces théories vues plus haut qui restent valables selon les critères apportés par les supporters des deux "camps"  !!!!!  Voilà pour un petit article sans prétention, juste pour vous faire découvrir ce petit monde à part entière qui mériterait que l'on s'y attarde un peu plus ....... et d'autres également ..... Il faut savoir aussi que cette planète tourne autour du Soleil en 84 ans (celui qui est né là-bas ne peut vivre en moyenne qu'un an Uranien, c'est économique pour les anniversaires) et tout celà à la vitesse orbitale de 25 500 km/h et que sa journée dure un peu plus de 10 heures (10h49)

Uranus_moons_credit_E_Karkoschka-_University_of_Arizona_Lunar_and_planetary_Lab_Nasa

Uranus_rings_moons_credit_Nasa_Erich_Karkoschka_Univ_Arizona

Uranus_structure_interne_credit_FrancescoA_CC0

Herschel_telescope_credit_World_History_Archive_Alamy_Banque_D_Images

Uranus_rings_by_Voyager_2_credit_Nasa

Uranus_Keck_Telescope_credit_Lawrence_Sromovsky_University_of_Wisconsin-Madison_W_W_Keck_Observatory

Posté par luc78126 à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2019

EFFET YARKOVSKY

Pour répondre à "un mystère" qu'un collègue m'a demandé, je vais pour lui essayer de répondre simplement et à notre prochaine rencontre, je serai plus explicite ...... Il n'y a aucun mystère ici, mais une manifestation du Soleil sur des astéroïdes .......

L'effet Yarkovsky est représenté par une force de radiation thermique qui change le demi-grand axe de l'orbite d'un astéroïde et il peut varier en fonction de la propriété des matériaux du corps en question. Cet effet peut également interférer sur la rotation de celui-ci, mais dans une moindre mesure (nous verrons l'effet Yorp plus tard)

Cet effet est sensible sur des astéroïdes dont le diamètre est inférieur à 20 km, mais il peut avoir une conséquence sur les membres de la ceinture principale (entre Mars et Jupiter) et de par ce fait mettre ces derniers en résonnance et donc sur des orbites géocroiseurs.

Donc, pour dire: lors de la révolution d'un astéroïde autour du Soleil, un de ses côtés va être plus éclairé (par le Soleil) que l'autre et donc recevra plus de PHOTONS. On dit que son insolation est asymétrique et il faudra donc un certain temps pour réémettre ces photons et pendant ce temps là comme l'astéroïde tourne sur lui-même il va en résulter une force opposée à la direction de réémission de ces photons (qui ont été "absorbés" sous forme de chaleur)  Ce fameux effet est donc la force qui résulte de la réémission de photons (effet thermique) et cet effet est différé dans le temps, contrairement à la pression de radiation classique !!!!!

 

Un exemple simple pour expliquer la réémission de photons (effet thermique, car nous savons qu'à chaque photon est associée une longueur d'onde, et bien entendu une énergie à laquelle correspond une température  et une "couleur"..... etc, on ne va pas y revenir)

Comme tout observateur chevronné, nous savons qu'il est très mauvais d'observer la nuit lorsque l'on est installé sur un terrain en béton, en cause la distorsion des images obtenues causées par la réémission de la chaleur emmagasinée par le béton au cours de la journée qui a été copieusement éclairé par le Soleil (surtout en été)   Durant son exposition directe au Soleil, cette dalle de béton va de par son matériau stocker de la chaleur (lumière solaire) pendant la journée pour ensuite la réémettre. Avec l'arrivée de la nuit (qui est bien sur un peu plus fraîche que la journée) le phénomène est accentué et nous verrons cette réémission de chaleur sous forme d'images qui se "tordent de rire" dans les oculaires de nos télescopes     A prendre en compte d'autres facteurs comme la présence de l'atmosphère qui subit ces turbulences et bien d'autres. Restons-en là !!!!! C'est pour celà qu'il vaut mieux s'installer sur de l'herbe, ou près d'une pièce d'eau ce qui servira de régulateur thermique, car ces matériaux sont moins sensibles à absorber trop de chaleur, donc de  concentration, et ainsi, la réémission sera moindre....   Même l'hiver, n'observez pas par votre fenêtre de chambre ouverte, car la chaleur de la pièce qui va s'enfuir par ladite fenêtre vous donnera le mal de mer de l'oculaire (gag)       Par définition: la Terre tourne, une face est éclairée par le Soleil, l'autre non et ainsi de suite. Pendant la nuit de la chaleur (photons) est réémise .........Si l'on veut aller par là, donc, la Terre subit  l'effet Yarkovsky, mais au vu de sa taille celui-ci n'a aucun effet sur son orbite........ vous l'avez compris ..... quelques petites illustrations qui vont vous faire comprendre (mieux que mes explications, peut-être)

300px-Yarkov-force

gettingtheri

c22

yarko-figure

asteroid1404a

Posté par luc78126 à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2019

LEGENDES

Ce que vous allez voir dans l'article suivant:  Le golf des Iris       Le cratère Platon    La région des Alpes (avec le mont blanc lunaire)    les monts du Caucase    le grand cratère Archimède    Les monts des Alpes et la vallée Alpine    la mer des Humeurs et le cratère Gassendi    et pour les deux dernières, la mer des crises avec au bas des photos entre les deux cratères, vous pouvez distinguer la célèbre formation en forme d'oiseau: l'Albatros (bien visible lors de nos observations)

Posté par luc78126 à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

UN PETIT VOYAGE LUNAIRE

Voici quelques curiosités sélènes

images

rc-PLATO1006

téléchargement (1)

téléchargement (2)

téléchargement (3)

téléchargement

images (2)

crises2

jumelles3

Posté par luc78126 à 15:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2019

AGONIE GALACTIQUE

De la matière s'échappe de la galaxie D100. Cette matière aurait dû lui permettre de se régénérer en étoiles..... L'image est surprenante, même pour les habitués de clichés de galaxies.... En effet, au vu de cette galaxie spirale située à 330 millions d'années-lumière (amas de Coma) de la nôtre on croirait assister à l'expulsion violente de matière par un trou noir hypermassif. Il n'en est rien, le faisceau gazeux large de 7000 A.L qui s'échappe du noyau galactique pour s'étendre dans l'espace sur 200 000 A.L (en rouge) est simplement "poussé" par l'environnement que traverse D100 au sein de son amas. Il s'agit du phénomène de pression dynamique bien connu dans les amas de galaxies. Les amas sont remplis de gaz chaud qui émet en rayons X et les galaxies qui orbitent dans les amas subissent la pression de ce gaz sur leur propre gaz interstellaire et donc, ce dernier est comme soufflé en dehors des galaxies...... Le phénomène commence par les parties externes , puis lorsque celles-ci ont été balayées (les galaxies) c'est le centre qui est touché. Mais les parties internes restent liées plus longtemps à la galaxie car la gravité y est plus forte.

L'image montre donc la fin du processus, car le gaz des bras spiraux a déjà été arraché ....... D100 est maintenant en train de se vider du gaz qui occupait le noyau galactique  et tout celà a du commencer 300 millions d'années plus tôt. La conséquence est que une fois dépouillée de son gaz, la galaxie ne pourra quasiment plus former de nouvelles générations d'étoiles et s'éteindra prématurément. Cependant, des étoiles se formeraient malgré tout dans le jet de gaz en train de s'enfuir de cette galaxie. Tout n'est pas perdu, alors ......

IMAGE_DU_JOUR-5c51

Posté par luc78126 à 13:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2019

BALANCE PLANETAIRE

Nous allons définir notre poids sur différents astres du système solaire. Pour faire ces petits calculs très simples, il suffit de connaitre la valeur moyenne de la pesanteur en surface des astres où l'on se trouve ........ En sachant, que pour la Terre (au niveau de Paris) la pesanteur exprimée ici est de 9,81 N/kg (N pour newton, nous allons voir le pourquoi)

Rappel: La MASSE d'un corps est exprimée en kg et reste la même où que l'on se trouve ..... Le POIDS, lui, est exprimé en newton (N) et il variera en fonction de l'astre sur lequel vous pourriez vous peser.... Ainsi, sur Terre vous avez une masse de 75 kg et votre poids en newton est de 735,75 N .......Pour se faire, il suffit de multiplier votre masse (kg) par la valeur de la pesanteur terrestre (9,81 N/kg) ..... Sur la Lune, votre poids est de 75 kg X 1,57 (qui est la pesanteur lunaire) soit 117,75 N ....... donc pour avoir directement votre poids exprimé en kg pour mieux comprendre et comparer, voici la règle la plus simple :::::: (masse X pesanteur de l'astre) / pesanteur terrestre (9,81) ou en lettres: masse de votre corps multipliée par la pesanteur en question et le tout divisé par la pesanteur terrestre qui est de 9,81 ce qui donne pour un corps de 75 kg sur la lune: 75 X 1,57 = 117,75 divisé par 9,81 = 12 kg ...... Celà peut être sympa pour ceux qui se trouvent en surpoids, mais je vous rassure votre masse de 75 kg ne change pas, seul votre poids varie en fonction de cette pesanteur, et donc si vous êtes rond ....... vous le restez, ce sera juste moins lourd à porter !!!!!

Pour le petit jeu, nous allons rester sur le poids comparatif et l'exprimer en kilos, c'est plus parlant .......

Si sur Terre votre balance affiche 75 kg, sur la Lune se sera 12 kg, sur Mercure 28kg,  sur Vénus 68,  sur Mars 28,  sur Jupiter 190,  sur Saturne 80 (ne vous étonnez pas,car la densité de Saturne est inférieure à l'eau et donc pour une grosse planète, elle est légère et sa pesanteur est basse en comparaison de sa taille, soit 10,5 N/kg  la pesanteur n'est pas directement proportionnelle à la taille de l'astre, donc)   sur Uranus 69 kg (vous voyez, les planètes gazeuses ont une faible pesanteur)  sur Neptune 84,  sur Pluton 6 Kg (ne vous pesez pas là-bas, vous allez appeller les secours) ....... J'ai gardé le meilleur pour la fin: Le Soleil affiche une pesanteur en surface de 273,7 N/kg (soit 27,9 X celle de la Terre ) et donc à sa surface, vous pèseriez: 2100 kg ou mieux à annoncer: 2,1 tonnes ..... ce n'est pas énorme au vu de la taille de l'astre, mais le Soleil est une étoile et donc composé de gaz et la majorité de "son poids" se trouve en allant plus au centre là où la matière est extrèmement comprimée, donc à forte densité ...... Prochainement, nous verrons un autre phénomène physique et qui concerne aussi l'aventure spatiale: Les vitesses de libérations ..... ou la vitesse minimale théorique (d'un engin) à atteindre pour quitter définitivement l'attraction gravitationnelle d'un corps sur lequel il se trouve (le tout en vol direct, nous verrons les détails ce jour là)

images (1)

images

soleil

  

Posté par luc78126 à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2019

DATATIONS LUNAIRES

Pour les spécialistes de l'observation de la Lune, queques pistes pour déterminer la période de formation (âge) de plusieurs cratères et cirques.... des indices nous renseignent sur l'âge des arènes que les impacts ont imprimés sur notre satellite .....

Les ères géologiques lunaires: 1) formation de la Lune: 4,5 milliards d'années       2) prénectarien: plus ancien que 3,9 Ma (comprenez 3,9 milliards d'années)     3) nectarien: entre 3,85 et 3,9 Ma (période assez courte)     4) imbrien: entre 3,2 et 3,85 Ma     5) ératosthénien: entre 1 et 3,2 Ma     6) copernicien: inférieur à 1 Ma

Les cratères âgés de moins de 1 Ma: les jeunes cratères ont été formés durant la dernière ère de notre satellite (copernicienne) et ces impacts récents sont faciles à identifier car ils sont les plus brillants et sont entourés d'un halo clair, voire de traînées rayonnantes pour les plus gros (Tycho est remarquable, ainsi que Aristarque) Cette luminosité tient du fait que le régolithe mis à nu n'a pas encore été érodé par les micro-météorites et les particules solaires qui abrasent la surface lunaire en l'assombrissant ......

Les cratères entre 1 et 3,2 Ma: Cette longue période est nommée ératosthénienne (en l'honneur du cratère Eratosthène) et cette borne de 3,2 Ma marque la fin d'une intense période de volcanisme lunaire, à la suite de quoi la lave s'est durcie et les mers lunaires ont pris leur aspect définitif. Lorsqu'ils sont situés dans les mers, les cratères de cette ère peuvent être reconnus avec confiance car quand ils ont frappé ces étendues de basalte solidifié, ils n'ont pas été inondés et l'ensemble du cratère (néanmoins l'intérieur) est resté tel quel. Mais leur âge avancé, fait que leurs auréoles lumineuses sont déjà affaiblies par l'érosion lunaire, voire gommées .....

Les cratères entre 3,2 et 3,85 Ma: Une intense activité volcanique aurai débuté après l'énorme impact de la mer des Pluies (mare Imbrium) il y a 3,85 Ma et aurait duré près de 700 millions d'années: c'est l'ère imbrienne. Durant cette période, les plus grands bassins d'impact se sont remplis de lave pour donner naissance aux mers. Les cratères qui datent de cette période sont très faciles à identifier lorsqu'ils sont situés dans les mers, car la lave fluide a rempli leur arène et recouvert (au moins partiellement) leur pic central ..... de plus, ils ne peuvent guère être antérieurs à cette ère au vu de leur position car ils auraient été pulvérisés par les impacts géants qui on créé ces mers (ex: Archimède et Cassini)

Les cratères supérieurs à 3,85 Ma: Des cratères faciles à repérer qui datent des temps les plus anciens (ères nectarienne et prénectarienne) ce sont les grands cirques érodés.... Ce sont en majorité les plus vastes cratères qui ont résisté au temps et qui sont facilement observables (les plus modestes ont presque disparu aux observations) et ont été formés par de grosses météorites, très fréquentes et nombreuses dans les temps reculés du système solaire ...... ces ancètres sont à rechercher de préférence dans les hauts plateaux lunaires, à l'abri des bassins d'impact et des coulées de lave (ex:Clavius et Deslandres) .....

Ce petit article n'est pas complexe, mais adressé à ceux qui aiment parcourir la surface sélène au télescope ou aux jumelles..... Bonne chasse généalogique aux cratères..... Quelques photos de cratères typiques, à vous de les reconnaître et de les dater, je ne vais pas tout faire quand même.....

201_0553

201_0556

201_0557

201_0559

 

 

Posté par luc78126 à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2019

VOYAGES intergalactiques

C'est reparti à la hausse: on repense sérieusement à un voyage vers les étoiles ...... Avant de vous présenter les projets plus ou moins fous (néanmoins pour les systèmes de propulsion) et les différents scénarios de S.F. (pas tous si farfelus) nous allons voir pourquoi ce n'est pas si simple de rendre visite, ne serait-ce qu'à l'étoile la plus proche de notre système solaire: Proxima du Centaure !!!!

L'étoile Proxima fait partie du système triple Alpha du Centaure. En fait, Alpha est une étoile double (A et B) séparées de 23 unités astronomiques en moyenne, et quant à Alpha C (proxima, donc) elle se trouve à 13 000 U.A. de l'étoile double et boucle son orbite autour d'elle en 550 000 ans. Proxima, donc, est celle qui se trouve le plus proche de nous, soit: 4,23 années- lumière ou 4,23 fois 9500 milliards de km ..... je vous laisse à vos calculs, moi ça me parle !

La sonde américaine, Voyager 1 partie de la Terre en 1977, est le plus lointain objet lançé par l'humanité et elle se trouve actuellement à 144 U.A. du Soleil, soit plus de 21 milliards de km. Elle n'est pas encore arrivée (comme certains me l'ont affirmé) dans le nuage de Oort, car celui-ci est estimé entre 20 000 U.A. et se terminerait vers 150 000 U.A. soit plus de la moitié entre le Soleil et le système d' Alpha du Centaure ..... Il lui reste du chemin à parcourir, et pour atteindre Proxima avec sa "vitesse de croisière" de 61 200 km/h actuellement, elle arrivera dans environ: 76 000 ans !!!!!

Plus rigolo: le trimaran du vainqueur de la route du rhum 2018, mettrait: 109 millions d'années . Mais un projet, pas si fou que celà et déjà étudié, pourrait ramener ce voyage à 22 années à une vitesse de 60 000 km/s soit 216 millions de km/h ou 20% de la vitesse-lumière ..... il s'agit d'une voile propulsée depuis la Terre (donc sans embarquer de carburant) avec un énorme faisceau laser ...... je vous en dirai plus prochainement: il s'agit du projet Breakthrougt-starshot ...... mais qui ne transportera personne à part des micro-sondes de quelques grammes. C'est pas si mal !!!!!

En réfléchissant un peu, je me suis dit que si nous (avec nos technologies) avons bien du mal à arracher des vaisseaux lourd (pour de longs voyages) et surtout en carburant à l'attraction terrestre dont la vitesse de libération (sans utiliser les effets de fronde gravitationnelle que nous offre notre planète en se mettant en orbite autour d'elle et profiter de sa propre vitesse orbitale) qui est de l'ordre de 11,2 km/s ou environ 40 000 km/h qu'en est-il de populations extraterrestres qui habitent des planètes plus massives que la nôtre (et ça ne manque pas) et autour d'étoiles plus grosses que le Soleil ???? Peut-être ont-ils simplement renoncé à quitter leur environnement s'ils se heurtent aux mêmes problèmes d'énergie qu'il faut pour lancer de lourds vaisseaux, tout comme nous, et plus pensé à préserver leur planète qu'à la quitter ........ auquel cas, ne vous attendez pas à les voir débarquer un de ces quatre !!!  Je pense qu'il serait sage d'en faire autant sur Terre, car au cas où il faudrait partir (et de toute façon, ça arrivera inéluctablement et s'il reste des êtres humains) ........ Ce voyage s'il est réalisable ne sera pas pour tout le monde !!!!!

PS: la vitesse de libération d'un astre est calculée pour un lancement direct du sol à l'espace (c'est la vitesse théorique qu'il faut atteindre pour se libèrer de l'attraction gravitationnelle d'un astre sans faire de vol parabolique) 

images (1)

images

Posté par luc78126 à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2019

LES ETOILES de la galaxie du Triangle

Le télescope spatial, Hubble, a été mis à contribution pour produire l'image la plus détaillée (à ce jour) de la galaxie M 33 qui est l'une des plus proches de la Voie Lactée. Pas moins de 54 clichés ont été nécéssaires pour obtenir ce panorama unique sur le centre galactique..... Distante de 3 millions d'années-lumière, c'est une petite galaxie spirale voisine de la nôtre. Nous ne voyons que la partie centrale et la périphérie moyenne, mais ce cliché induit toutefois la belle nébuleuse NGC 604 (au bord de la photo et en bleu) qui est la plus grosse connue dans le groupe local (qui est l'amas auquel appartient notre galaxie)

heic1901a-5c35

 

Posté par luc78126 à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]